Archive pour le 10 juillet, 2011

Nos controverses philosophiques (5)

10 juillet, 2011

« Moi, je fais beaucoup de choses à l’intuition ! Par exemple, j’ai pris mon parapluie aujourd’hui ! » « Oui, mais enfin, il ne pleut pas ! Le soleil brille ! » 

« Hé bien, je peux me servir de mon parapluie comme ombrelle, voilà tout ! Il faut avoir le sens de l’adaptation aux évènements !  La vie est une succession d’aléas. Il faut continuellement improviser. On ne peut être certain de rien! » « Faites excuses, mais on peut être sûr que demain vous dormirez et vous mangerez ! » 

« Dormir, c’est sûr, j’aime bien. Manger, ce n’est pas évident. Je peux très bien décider de faire la grève de la faim. Quoique…  Il y a peut-être d’autres moyens de se faire remarquer ! Je vais y réfléchir ! » « Vous avez beau dire, il y a donc un élément de certitude. Le corps a besoin de reconstituer ses forces tous les jours ! Il y a là un rythme naturel comme le renouvellement des saisons ! C’est une chose certaine que le rythme biologique ! » 

« Peut-être, mais ça ne dit pas ce qui va vous arrivez lorsque vous sortez de votre lit. Vous pouvez gagner au loto ou alors attraper un virus très grave ! » « Il y a une différence. Pour gagner au loto, il faut prendre un billet. Pour le virus, non ! Il faut donc distinguer le hasard actif celui qui dépend d’un évènement déclenché par votre volonté et le hasard passif dirigé par on-ne-sait-qui et qui se fiche complètement de votre libre-arbitre ! » 

« Pardon, pardon ! Si vous ne voulez pas attraper de virus ou de bactéries, il faut se laver les mains en sortant des toilettes, ils l’ont dit à la télé ! Donc, vous pouvez vous donner une petite chance d’éviter les effets du hasard passif ! Et puis si vous ne l’évitez pas, le hasard passif ne devient-il pas ce qu’on appelle la fatalité ? » « Alors là, c’est un autre débat et je… » 

« Résumons-nous car j’aperçois mon bus qui arrive. Pour bien vivre, il ne faut pas s’étonner si le ciel vous tombe sur la tête. S’il tombe quand même, il faut prendre des précautions et sortir un parapluie. Si on l’a oublié, il faut savoir s’adapter. Avoir un casque sous la main ou alors vous empruntez le vôtre. Ou encore jouer au loto, entre deux siestes… » « Vous n’avez rien compris, je recommence… »