Archive pour le 11 janvier, 2011

Les conseils du Grand Jacot (3)

11 janvier, 2011

« Il faut savoir écrire les lignes ou s’exprimer à demi-mots » 

« C’est très florentin  comme discours » 

« C’est comme vous voulez, mais il ne faut pas blesser les gens si on veut en tirer quelque chose ! » 

« Il ne faut jamais dire la vérité, alors ! » 

« Si, mais il faut leur laisser une porte ouverte, l’espoir d’en sortir. Il faut qu’ils s’aiment eux-mêmes. Vous comprenez, quoi ? » 

« Oui, alors comment faut-il leur dire les choses ? » 

« Comme tout le monde : vous rajoutez doucement « Oh ! moi ce que je vous en dis, c’est pour vous ! » ou alors « je n’ai pas de conseils à vous donner », mais vous en donnez quand même ! » 

« C’est peut-être un peu hypocrite… » 

« Vous pouvez dire aussi « C’est mon avis, ça n’engage que moi », comme ça vous n’avez pas l’air de donner des leçons à tout le monde, même si c’est ce que vous faites ! » 

« Si je comprends bien, le mieux, c’est de ne rien dire. Je n’aime pas manipules les gens comme vous ! » 

« Si !si ! Au contraire, il faut dialoguer ; confronter des idées, s’enrichir mutuellement, partager des points de vue, vous voyez ? »  

« Vous êtes marrant ! Si je comprends bien, il faut parler de tout, sauf des choses qui fâchent ! On ne va pas se dire grand-chose ! » 

« Et le compromis ? Vous oubliez notre capacité à trouver des compromis. Prenons un exemple concret au lieu de parler dans le vide : la longueur de la semaine à l’école ! » 

« Il y a longtemps que j’ai quitté l’école ! » 

« Vous ne m’aidez pas beaucoup ! Il y a des gens qui sont pour 4 jours, d’autres pour 5 jours. La solution est toute simple : disons que la semaine durera 4 jours et demi ! Vous voyez, c’est tout simple le compromis, il suffit de le vouloir !  

Comme je vous vois un peu emprunté, je vous donne un autre exemple : la téléréalité ! Il y en a qui sont pour, d’autres qui sont contre ! La solution est très facile ; il suffit de convaincre les seconds de regarder ces programmes, comme ça, ils sauront pourquoi ils sont contre ! » 

« Ah ! Ben, oui ! Dis comme ça, évidemment… »