Il ne faut pas énerver Berthe sinon la moutarde lui monte au nez

Maurice aimait humer les odeurs qui s’échappaient de la cuisine de Berthe.

Le jambon surtout, exhalait un fumet délicieux.

Ceux qui ne goûtaient pas sa gastronomie n’étaient pas en odeur de sainteté sous son toit.

Maurice avait eu vent de l’ouverture d’un excellent restaurant près de chez eux.

Pour Berthe, cette nouvelle dégageait un parfum de scandale.

C’était sûrement l’émanation d’un complot ourdi par des jaloux de son talent culinaire.

Berthe était furieuse : des bouffées de colère la remuaient fortement!

Pour elle, les futurs clients de cet estaminet sentaient déjà le sapin !

 

Laisser un commentaire