Morceaux de vie

Henri avait été blessé à la guerre par un éclat d’obus avant d’être rapatrié.

Malgré son engagement dans l’armée, il montrait encore un reste d’humanité.

Souvent, il aimait à entendre son morceau de musique préféré avec un brin de nostalgie,

En sirotant un Coca agrémenté d’un zeste de citron.

Lorsqu’il était installé dans son fauteuil pour l’apéritif, son chat quémandait une rondelle de saucisson.

Son perroquet posé sur son épaule se contentait de miettes de pain.

Il n’aura jamais de médaille ; voilà longtemps qu’il avait renoncé à sa part du gâteau.

Il n’aura pas non plus d’avancement. A quoi bon, ce n’était que quelques bouts de ficelle sur ses épaulettes.

Il lui restait une particule devant son nom qui lui venait de ses aïeux.

Laisser un commentaire