Archive pour le 29 novembre, 2009

Chakri

29 novembre, 2009

Jusqu’au 25 novembre 2106, le calme régnait en maître dans la ville. Grâce aux multiples caméras installées dans toutes les rues, la police contrôlait les faits et gestes de chacun. Tous le bâtiments publics étaient directement reliés au Commissariat Central par un système de multivision qui garantissait leur sécurité.

La plupart des véhicules étaient maintenant équipés d’un système anti-choc. Un accident entre voitures ou même entre voitures et piétons était devenu impossible. L’électronique de chaque véhicule veillait et le stoppait dès qu’un risque apparaissait. On avait pu diminuer nettement le nombre de policiers affectés à la circulation.

A leur libération, les sortants de prison recevaient une minuscule puce électronique, implantée sous la peau, qui permettait de les localiser, au mètre près, pendant les cinquante années suivantes.

Les manifestations faisaient l’objet d’un contrat entre organisateurs et policiers. Leurs parcours et leur durée étaient précisément délimités. Tout débordement entraînait deux sanctions : la première était l’intervention immédiate et sans ménagement de l’armée et la seconde était l’interdiction de la manifestation suivante. Aucun syndicat n’avait pu résisté à de telles pressions.

(suite…)