Poème très approximatif

Le sapeur-pompier est campeur.

Il a planté sa tente auprès d’un saule pleureur.

Parfois, la nuit, le sapeur a peur.

Il rêve qu’il se trouve dans des vapeurs avec un rappeur.

Et qu’ils sont attaqués par un esprit frappeur.

Soudain, il est tiré par le jour de sa torpeur.

Il regarde alors tristement  sa peau transpirer par tous ses pores.

Puis il va se calmer en allant admirer les navires qui rentrent au port.

Ce n’est pas une histoire d’un grand apport.

Johnny change de chaîne : c’est un grand zappeur.

Laisser un commentaire