Archive pour le 30 août, 2009

Kidnapping

30 août, 2009

Le noir complet. J’ai les yeux bandés et les mains entravées. Probablement ligotées aux montants d’un lit puisque je suis couché. J’ai la bouche pâteuse et la tête lourde. Ils ont du me drogué et j’ai sûrement dormi pendant plusieurs heures. Je n’ai plus la moindre notion du temps. En résumé, j’ai été enlevé.

J’ai l’impression d’avoir fait des cauchemars délirants. Un carrelage noir et blanc tanguait sous mes yeux tandis qu’un curé en soutane psalmodiait au loin dans une langue inconnue. Puis la neige m’a enseveli peu à peu alors que des enfants en pèlerine sombre défilaient en chantant.

Soudain, une main déchire mon bandeau. Un éblouissement. Puis mes rétines se calment et je les dévisage. Dévisager est un grand mot, car je ne distingue justement pas leurs traits. Ils sont six, tous vêtus d’une longue robe monastique et d’une cagoule pointue qui me dissimule leur physionomie à l’exception de leurs regards luisants. Leurs yeux me fusillent sur place. C’est bien ma veine : je suis tombé sur une espèce de secte de dégénérés, façon Klux-Klux-Klan des  années soixante. Cinq d’entre eux sont vêtus de noir. Les mains dans les manches, dans une attitude soumise, ils attendent que le sixième prenne la parole. Lui a droit à porter un uniforme immaculé. Pour compléter sa mise en scène, il porte une arme blanche à son ceinturon. Ce doit être le Chef.

Il s’avance au pied du lit et me prévient d’une voix gutturale que je suis leur prisonnier. Je lui réponds que j’ai remarqué et que, jusque là, nos points de vue concordent. Le « Chef » me fait savoir que, dans ce genre de situation, il serait convenable que je ne fasse pas le malin et que j’obéisse servilement. Contrairement à ce qu’il croit connaître de mes habitudes, c’est lui désormais qui me commande et qui décidera de mon sort. Pas de bêtises !

(suite…)