Archive pour le 17 mai, 2009

SUPERMAN

17 mai, 2009

Le lundi soir 

- Rachid Nacri, vous rendez-vous compte que vous êtes un héros, ce soir ?

A ce moment, je ne me rends compte de rien. Sauf que les gens de la télé ont installé un projecteur qui m’éblouit le visage. Et que je ne distingue plus rien d’autre. La voix de la présentatrice insiste :

- Comment vivez-vous cette situation, Rachid Nacri ?

Mes yeux s’habituant à la lumière, je commence à percevoir des ombres qui se déplacent derrière le projecteur. J’ai l’intuition qu’il faut répondre quelque chose à la voix :

-« Euh…. Je suis content pour la femme et le bébé….. J’ai fait ce que tout le monde aurait fait…. »

Il n’y a rien de moins sûr. Cet après-midi, sur le boulevard, je ramassais les feuilles comme le font tous les jardiniers municipaux au début de l’automne. Tout en manipulant pelle et brouette, je pensais au prochain week-end. J’avais projeté une ballade en vélo avec Zora. En relevant la tête, je vis en un instant le drame se nouer : l’enfant avait échappé à sa mère. Il pouvait avoir cinq ans. Son ballon avait roulé sur les rails et il le poursuivait. Le tramway était à moins de 10 mètres et je compris qu’il ne pouvait plus l’éviter. Je me jette sur le gamin. Roulé-boulé sur la chaussée, je sauve l’enfant in extremis. Les cours de judo de l’association du quartier m’auront au moins servi à savoir tomber. Les roues du tramway me passent à 15 centimètres de l’épaule. Crissement métallique des freins que le conducteur a actionnés. Cris de stupeur dans la foule. Et me voilà interrogé au Journal Télévisé du soir comme un Ministre.

 -« Que vous a dit la maman de l’enfant, Rachid ? »

La présentatrice insiste lourdement. Elle ne doit pas avoir beaucoup d’autres sujets ce soir.

-« Elle m’a beaucoup remercié…. Elle était très contente… »

C’est idiot comme réponse, mais je n’en vois pas vraiment d’autres. J’aperçois enfin le visage de la journaliste sur un écran de contrôle. Un sourire satisfait et entendu flotte sur son visage lisse. Je dois avoir bien répondu.

-« Eh bien merci, Rachid…et encore bravo ! »

  

(suite…)