Où l’on s’aperçoit que le marquis est inquiet (par Tintin)

Le marquis est furieux. Il avait rêvé pour son fils Hubert une carrière de grand guerrier, hardi et courageux. A la tête des troupes de sa Majesté, il aurait jeté l’ennemi à ma mer ou bouté les anglais hors de France, même s’il n’y a plus personne à bouter.

Au lieu de cet avenir, Hubert écrit des poèmes ! Hubert  s‘est taillé une solide réputation de rimailleur  auprès des dames de la cour qui en sont folles.

Maigrelet, vouté, laid à pleurer, Hubert ne sait rien faire d’autre que versifier

Le marquis a supplié sa Majesté de prendre Hubert  dans la garde des son palais. Même là,  plus personne n’en veut. Hubert s’est avéré incapable de retenir le mot de passe que les soldats échangent  au moment de la relève. On s’est aperçu aussi que, pour ne réveiller personne, il disait le plus doucement possible la phrase de sommation traditionnelle :

-          Au nom du Roi, qui va là ?

Dans ces conditions, vous comprendrez que l’avenir d’Hubert préoccupe son père.

Laisser un commentaire