Les histoires de la marquise (par Tintin)

Ayant oublié son ombrelle, la marquise revint sur ses pas juste au moment où la comtesse la qualifiait de péronelle. Il était cinq heures. Elle entra dans une rage folle, fulmina et traita la comtesse de tourte.

Cette dernière, après avoir pris conseil de son entourage, rétorqua à la marquise qu’elle était une panouille. L’heure s’avançait.

La marquise chercha son portable et s’entretint avec son avocat avant de jeter à la face de la comtesse qu’elle se comportait comme une niquedouille. L’horloge indiquait cinq heures quarante cinq.

La Comtesse sortit à son tour, traversa la rue, consulta Internet dans un cybercafé et revint triomphante. Elle asséna à la marquise que le marquis n’était qu’un pauvre gourdiflot. Il était six heures moins cinq.

La marquise vacilla, mais l’une de ses courtisanes fut d’avis d’insinuer que le Comte avait la réputation d’un nicaise simple d’esprit. A six heures, les insultes volaient à hauteur de femmes quand la Reine entra et, malencontreusement, en reçut une en plein visage.

Laisser un commentaire