La loi, c’est la loi

7 décembre, 2020

2654

Boîte à outils

20 juin, 2021

« Mademoiselle, j’en pince pour vous ! »

« Voilà qui me scie, monsieur ! Etes-vous sûr ? »

« Tout à fait, mon affection pour vous me tenaille méchamment ! »

« Diable ! Vous m’en voyez marrie, monsieur ! »

« Je sens que mon cœur est pris dans une sorte d’étau. »

« Vous êtes très entreprenant, monsieur. Devrais-je vous administrer un soufflet ? »

« Mon amour pour vous est une chose bien établie. »

« N’auriez-vous pas les chevilles qui enflent ? »

« Pas du tout ! Je ne suis pas un bêcheur ! »

« Ne partez pas en vrille, monsieur. Qu’est-ce qui vous plait tant chez moi ? »

« Votre petite mèche coquine sur votre front, par exemple ! »

« Vous n’avez pas le compas dans l’œil, j’ai bien d’autres atouts ! »

« N’y aurait-il pas une pointe d’ironie dans vos paroles ? »

« Vous vous croyez sérieusement à mon niveau ? »

« Non, je sais bien que je ne vaux pas un clou ! »

« Allons, allons ! Nous pourrions aller en forêt pour examiner la situation. »

« Vous voulez bien ? Je deviens marteau ! »

« N’en profitez pas pour envisager de me rouler une pelle ! »

« Evidemment ! Je connais la règle ! »

« Oui, vous prendriez une bonne paire de taloches ! »

« Découvrir la clé de votre cœur me suffirait, mademoiselle ! »

« Voilà un joli vice, monsieur. »

« Je suis un homme droit, comme une équerre. »

« Vous pourriez peut-être m’offrir un diamant pour commencer ? »

« Vous n’allez pas me mettre un râteau ? »

« Vous me faites une cour à coups de hache, monsieur. »

« C’est faux ! J’essaie de débroussailler le terrain. »

« Ramenez-moi donc à la maison dans votre chignole. »

« Entendu, nous irons à la chasse un autre jour. »

« Pas d’illusion, j’ai percé vos intentions, monsieur. »

« Vous êtes une fine lame, mademoiselle. »

Le chouan et sa chouchoute

19 juin, 2021

Un Chouan

Franchouillard

Chouette

Et chou

A une chouchoute.

C’est une manchoue.

Elle mâchouille

Un méchoui

Puis crachouille

Une choucroute.

Un commercial affuté

17 juin, 2021

« Qu’est-ce que c’est que ce truc ? »

« C’est un présentoir. »

« Si je comprends bien, sur votre présentoir, vous présenter un présentoir. »

« Evidemment, monsieur, comment voulez-vous que je fasse pour présenter mon présentoir, j’ai besoin de le vendre ! »

« Et là ? Pourquoi il n’y a rien ? »

« Si monsieur, il y a quelque chose : il y a un espace ! Un espace numérique. C’est très intéressant. Il faut être un peu spécialisé pour le voir ! »

« Et là, c’est quoi ? »

« C’est le poteau gauche d’un but de football ! »

« Pourquoi gauche ? »

« Parce que j’ai déjà vendu le droit. Il fallait vous presser un peu, au lieu de poser des questions bêtes. »

« Vous ne croyez tout de même pas que je vais installer des buts de foot dans mon salon. Et qu’est ce que je vois là ? »

« Un monte-escalier de l’époque Louis XV. Je vous dis tout de suite avant que vous me le demandiez qu’il a l’air de ne pas marcher parce que je ne vends pas d’escalier. Surtout de l’époque Louis XV. »

« Ah ! Enfin quelque chose d’intéressant : un trampoline, je peux l’essayer ? »

« Ben non… C’est un trampoline sur lequel on ne peut pas rebondir. En fait, ce n’est pas un trampoline, c’est un truc sur lequel on peut monter. »

« J’avoue que je ne savais qu’il existait des vendeurs de trucs sur lesquels on peut monter. Bon… poursuivons. Je vois des drapeaux ici… ils sont tout blancs. »

« C’est très intéressant. Normalement, vous pouvez les utiliser quand vous vous rendez à l’ennemi. Mais il y a aussi une autre utilisation : vous pouvez les customiser à vos couleurs quand vous partez à l’assaut ! Par exemple d’une femme que vous convoitez ! »

« C’est-à-dire que je drague rarement avec un drapeau à la main. Vous ne vendriez pas quelque chose d’intéressant, par hasard ? »

« J’ai bien une manche de pull à votre disposition, mais vous allez me demander où est la seconde. »

« Je vais surtout vous demander où est le pull qui va avec. »

« Ne partez pas ! J’ai aussi un magnifique rivage de sable fin avec un palmier. Installé dans votre salle à manger, vous pouvez vous croire au bout du monde. »

« Si je ramène du sable dans la maison, Thérèse va m’en faire une jaunisse. Et puis, il faudrait me vendre la mer qui va avec. Votre concurrent m’a proposé l’Atlantique, mais je n’ai pas pu le mettre dans mon coffre. Une petite mer suffirait. »

« Oui, mais moi, je vous vends un bonus : une jolie fille en bikini ! »

« Alors là, je ne suis pas certain que Thérèse soit emballée ! »

Sacha cherche

16 juin, 2021

Je te le chuchote :

Sacha

Le pacha

De Sochaux

Et son cher

Chat

Chouchou

Cherchent

Un chien

Et un chinchilla.

Il faut revoir la formation des jeunes

15 juin, 2021

« C’est bientôt la session du bac. A quoi ça sert, le bac? »

« A vérifier que vous avez appris quelque chose, jeune écervelé ! »

« Tout le monde sait que je vais l’oublier rapidement. »

« Vous avez raison, il faudrait repasser le bac tous les 4 ou 5 ans, mais il est à craindre que le taux de réussite chute rapidement. »

« Ben… oui. On ne sait vraiment à quoi sert le bac, à part retrouver des copains 30 ans plus tard et se dire : ‘tu te souviens du père Machin en maths’ ou ‘tu te souviens de la mère Truc en français, qu’est-ce qu’on a pu se marrer’ »

« En général, les protagonistes enjolivent un peu parce que, sous le coup, ils n’ont pas rigolé du tout avec la mère Machin ou le père Truc. »

« J’ai quand même retenu des choses de mes études au lycée. 1515 Marignan, deux ou trois vers de Lafontaine, et même la dérivée d’une fonction du second degré. »

« Ce n’est pas terrible. En fait, les études au lycée ont servi à former votre capacité de raisonnement. »

« Oui, ou alors ma capacité à ne pas raisonner quand je faisais mes devoirs avant l’heure de l’entrée en pompant les résultats sur Dugenou qui – lui – passait son dimanche à former son raisonnement. »

« C’est certain que les études apprennent aussi aux jeunes à se socialiser. Y compris à devenir un peu filous sur les bords. »

« Ce qui est très utile dans la vie active. Quand on ne sait rien, il faut avoir des stratégies pour avoir l’air de savoir quelque chose. »

« Il devrait y avoir un bac pour vérifier la capacité de chacun à tromper les autres, à se faire valoir auprès d’un patron par exemple. »

« Euh… c‘est un peu cynique, mais il y a du vrai. Ne pourrait-on pas plutôt envisager une épreuve d’honnêteté au bac où l’on jugerait les jeunes sur leur capacité à dire la vérité ? »

« Il n’y aurait pas beaucoup de lauréats, moi j’aurais été obligé d’avouer toutes les impasses que j’ai faites pour préparer l’examen et aussi toutes les compositions pendant lesquelles j’ai pompé sur mon voisin Dugenou. »

« Et vous auriez dû dire aussi toutes les fausses dispenses de gymnastiques que vous aviez faites écrire à votre mère. J’espère pour vous que l’épreuve d’honnêteté n’aurait pas un coefficient trop élevé.»

« Et pendant qu’on y est, on pourrait imaginer un système qui permettrait de diriger la carrière de chaque salarié en fonction de son honnêteté. »

« Par exemple, les curriculum vitae des jeunes deviendraient parfaitement transparents ! Chacun serait obligé d’afficher ses lacunes et ses défauts ! »

« Au moment des promotions professionnels, chacun devrait avouer les basses manœuvres qu’il a dû employer pour accéder à un échelon supérieur. »

« Arrêtons ! Arrêtons ! On va mettre le bazar dans les entreprises et les institutions. »

« C’est dommage, ce serait drôle. Vous avez raison : finalement, les relations sociales se régulent mieux dans un climat d’hypocrisies et de mensonges. »

L’histoire d’un pauvre barbu

14 juin, 2021

Ce barbu erre sans but.

Sur une falaise, il est à l’aise.

Il fait le fanfaron sur le mont Faron.

Il est bavard dans le Var.

Puis il part à Luchon avec son baluchon.

Il est avec Adèle, pas très fidèle.

Frivole, elle vole.

Elle chante des ballades quand elle se balade.

Son fripon l’attend sur le pont.

L’histoire de la béchamel des jumelles

13 juin, 2021

A la chandelle

Les jumelles

Font une béchamel

Dans une gamelle

Puis font la vaisselle

Avec Gisèle

L’intellectuelle

Spirituelle

En jaretelles.

Il s’en passe des choses dans l’Orne

12 juin, 2021

Dans l’Orne, c’est morne.

Une reine a la migraine.

Elodie joue une mélodie.

La bonne apporte une bonbonne

Au beau bobo.

Ce pote n’est pas mon pote.

Il se nomme Alcide, il est acide.

Sa mère est amère.

Elle vit de sa rente en Charente.

 

Histoire polissonne

11 juin, 2021

Le professeur

Professe

Qu’il faut aller à confesse

Et non pas dans les pince-fesses

Ou sur les tire-fesses.

C’est un fesse-mathieu !

Voici qu’il s’affaisse

Dans ses faisselles.

C’est lui qui fait ce bruit.

Les doutes

10 juin, 2021

« J’ai des doutes. »

« C’est normal et sain de douter, ce sont les certitudes qui sont dangereuses. »

« Vous vous rendez compte ? Mon patron m’a adressé un léger sourire. D’habitude il passe devant moi avec une attitude hautaine. Là, j’ai vu une légère détente au niveau de la commissure des lèvres. Il me veut quelque chose, c’est sûr. »

« En effet, il arrive souvent que les gens deviennent aimables avec vous à partir du moment où ils ont besoin de vous. »

« Il y a deux solutions : ou bien il a quelque chose d’embarrassant à me demander ou bien il veut m’atomiser et dans ce cas il me sourit pour m’attaquer par surprise. »

« Le mieux, ce serait de lui demander pourquoi il vous a souri. »

« Non, ça va l’énerver. Il n‘aime pas qu’on mette en doute la fermeté de son caractère. Il faut qu’on sache que c’est un homme important et un homme à poigne. »

« Bon ! Mais vous allez rester avec vos doutes ! »

« C’est d’autant plus gênant que j’en ai d’autres. Ce matin, Thérèse m’a fait un bisou en partant au boulot. C’est la première fois depuis 10 ans ! Elle a quelque chose à me demander ou lors elle me fait remarquer mon manque d’empressement auprès d’elle. Dans tous les cas, ça va encore chauffer pour mon matricule ! »

« C’est anormal, en effet. Surtout si elle ne vous a pas engueulé la veille. »

« Oui, j’avais encore oublié de descendre la poubelle et d’aller chercher sa jupe au pressing. »

« Ouh ! La l La ! Il n’y a plus de doute à avoir. Vous devriez préparer vos défenses. Vos batteries anti aériennes sont-elles bien en place ? Avez-vous bien effacé les messages de Josiane dans votre téléphone. C’est classique : elle va le consulter quand vous êtes sous la douche ! »

« Vous renforcez mes doutes. Pourquoi ne peut-on jamais vivre tranquille ? »

« Le doute permet à l’humanité de progresser. Les certitudes sont inhumaines. Heureusement que Pasteur ou Galilée ont douté ! »

« Ce n’est pas tout ! J’ai aussi des doutes sur l’existence de Dieu. »

« Ouh ! Alors là, dites-vous bien que vous ne saurez rien avant votre fin. Les êtres vivants n’ont pas de certitude, ils se contentent de croire. »

« C’est extravagant. Il n’y a jamais personne pour lever mes doutes. Il devrait exister une fonction sociale de leveur de doutes. Comment trouver le bonheur sans ça ? »

« C’est un fait exprès ! Vous ne devez pas accéder à un état de béatitude parfaite dans lequel vous n’auriez aucun doute. Une sorte de situation où tout serait clair pour vous. Vous vous rendez compte ? Plus aucun sujet de préoccupation ! En croyant accéder au bonheur, vous seriez très malheureux ! »

« Vous avez raison. Au lieu de chercher à lever mes doutes, je vais douter davantage. Sauf que mon patron et Thérèse vont encore me dire que je ne suis pas assez sûr de moi, ce qui est très mal connoté par les temps qui courent… »

« Faites comme tout le monde : prenez l’air assuré de ce que vous dites ! »

12345...444